Le Mont d'Or revient le 10 septembre !
Rendez-vous à Pontarlier - Place d'Arçon les 10 et 11 septembre prochains pour la traditionnelle coulée du Mont d’Or.

Les origines

Il était une fois une boîte

Aujourd’hui encore, l’origine du Mont d’Or reste enveloppée d’un léger voile de mystère. Si son procédé de fabrication remonte à la fin du Moyen Âge, les premières traces écrites datent du XVIIIe siècle. On les retrouve en 1764 dans une lettre de Jean-Jacques Rousseau à Yvernois puis en 1799 dans une correspondance adressée à Parmentier. Une chose est sûre, il figurait régulièrement à la table de Louis XV !

Né sous de bons hospices

L’apparition du Mont d’Or, comme celle d’autres créations fromagères Franc- comtoises, coïncide avec les premiers défrichements des hauts plateaux du Doubs. Réalisé sous les hospices des grandes abbayes, ce façonnage du paysage deviendra le moule de quelques grands fromages !

Le froid, source d'inspiration

Après avoir passé l’été dans les verts pâturages du massif jurassien, les troupeaux regagnaient les étables. En hiver, face à une production de lait moins importante et à une collecte du lait rendue difficile par la neige, nos vaillants fermiers décidèrent de fabriquer leur propre fromage. Un fromage de petite taille. Et une bien grande idée !

Nom d'un fromage !

À sa naissance, on le baptisa fromage « de bois » ou encore fromage « de crème » voire fromage « de boëte » ! Le terme Vacherin du Haut-Doubs, labellisé AOC, apparaîtra plus tard, faisant référence à la Montbéliarde au lait si généreux. Mais s’il y a un nom à retenir, c’est bien Mont d’Or, et sans tiret s’il vous plaît ! Un hommage qu’il rend au point culminant de son relief natal, boîte après boîte, au gré de sa croûte plissée.

On peut être né il y a plusieurs siècles et avoir des nouvelles fraîches à partager régulièrement. La preuve !
Voilà un fromage qui nous parle ! Par courrier papier ou électronique, vos messages seront toujours les bienvenus.